Actualités

Communiqués de presse

La marchandisation de la santé n’est pas une fatalité

Alors que débute l’examen du projet de loi santé dans l’hémicycle, nous avons réunis ce jour
à l’Assemblée une centaine de professionnels de santé afin de débattre et d’amender nos 86
propositions pour la santé.
Forts des constats que nous avons pu faire sur le terrain au cours des 120 visites que nous
avons effectuées dans les établissements hospitaliers et les Ehpad français depuis janvier
2018, nous avons acquis la conviction que la hausse des financements, la fin de la
concurrence entre établissements ou encore la lutte contre les déserts médicaux doivent
constituer des priorités absolues.
Nos propositions d’urgence et de plus long terme, issues du travail de nos groupes (CRCE au
Sénat et GDR à l’Assemblée) et coconstruites avec les professionnels rencontrés, sont
susceptibles d’enrayer la crise de l’hôpital : nous le réaffirmons, une alternative à la politique
de restriction budgétaire existe.
Les mesures les plus urgentes seront rassemblées dans une proposition de loi qui sera
déposée d’ici le mois de juin.
Par ailleurs, nous ferons des propositions dans le texte projet de loi Santé, dont l’examen
commence ce jour, pour renverser sa logique qui accélère la marchandisation de la santé.

Imprimer cet article

Thématiques :

Affaires économiques Lois Finances Développement durable Affaires sociales Défense nationale Affaires étrangères Culture et éducation Voir toutes les thématiques