Actualités

Communiqués de presse

Le « bricolage » fiscal du gouvernement face aux retraités modestes

En réponse à notre question au gouvernement portant, ce jour, sur l’explosion des impôts locaux dont des milliers de retraités étaient jusqu’alors exonérés, le Secrétaire d’Etat au Budget s’est contenté de rejeter la faute sur le gouvernement Fillon, en rappelant que cette mesure était tout simplement un héritage de la droite et qu’il s’engageait à « neutraliser » la situation.
Mais pourquoi ne pas l’avoir fait auparavant ? Comment expliquer un tel immobilisme ? Comment justifier que l’Etat fasse semblant de découvrir seulement maintenant cette question alors que le problème était connu de longue date ?
Depuis 2008 et la suppression de la demi-part accordée aux personnes veuves, les députés du Front de gauche alertent sur les conséquences d’une telle mesure.
Nous avons continué ce combat après 2012, déplorant le manque de volontarisme du gouvernement actuel et dénonçant certaines décisions injustes, telle la fiscalisation de la majoration de pension de 10% des retraités ayant élevé 3 enfants ou plus, qui a pesé lourd pour les ménages modestes.
Année après année, budget après budget, le gouvernement a fermé la porte à tous nos amendements proposant de revenir sur ce hold-up fait aux poches des petits retraités. La dernière fois, c’était le 14 octobre dernier pour le budget 2016.
Souhaitant étouffer toute nouvelle grogne fiscale avant les régionales, le gouvernement procède à un rétropédalage et propose des mesures nécessaires mais cosmétiques et provisoires, jusqu’en 2016, loin de toute ambition de réforme fiscale d’ampleur.
N’est-il pas temps de prendre des mesures pérennes pour que nos retraités ne se retrouvent pas dans la même situation en 2017 ?
Les député-e-s du Front de gauche

Imprimer cet article

Thématiques :

Affaires économiques Lois Finances Développement durable Affaires sociales Défense nationale Affaires étrangères Culture et éducation Voir toutes les thématiques