Actualités

Communiqués de presse

PLFSS 2016 : une étape de plus dans le démantèlement de notre protection sociale !

Dans la continuité du projet de loi de finance voté la semaine dernière, les députés du Front de Gauche voteront contre le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2016.
En effet, ce budget ne répond pas aux besoins de santé de nos concitoyens dont un nombre grandissant ne parvient plus à faire face aux dépenses pour se soigner.
Résolument inscrit dans une démarche uniquement comptable visant à financer le pacte de responsabilité, ce budget acte pour 2016, d’importantes réductions de moyens.
5,3 milliards d’euros de nouvelles réductions de cotisations sociales seront accordées aux entreprises, renforçant leur désengagement dans le financement de notre système de protection sociale. Cette somme, qui sera compensée à la sécurité sociale par le budget de l’Etat pénalisera évidemment d’autres budgets, à commencer par celui des collectivités locales.
Au-delà, le plan d’économies sur la santé, de 10 milliards d’euros en 3 ans, dont 3,4 milliards en 2016, se traduit par une réduction drastique de l’objectif national de dépense de l’assurance maladie (ONDAM) dont le taux, fixé à 1,75%, est le plus bas depuis 20 ans !
Une nouvelle diminution des financements qui va notamment aggraver la situation déjà très préoccupante des hôpitaux publics.
Quant à la réduction des déficits dont se félicite le gouvernement, elle n’est que le résultat d’importants reculs des droits pour nos concitoyens : allongement de la durée de cotisation pour les retraites et gel des pensions, gel des prestations familiales en 2014 et 2015 et économie de 865 millions d’euros sur les allocations familiales, sous déclaration des accidents et maladies professionnelles etc...
Refusant toutes les propositions de recettes nouvelles avancées par notre groupe pour financer une meilleure prise en charge des soins par la Sécurité sociale, le gouvernement met en avant les assurances complémentaires que beaucoup ne peuvent pas se payer et qui constituent un pas de plus vers la privatisation de notre système de protection sociale.
Beaucoup de raisons de repousser ce budget.
Les député-e-s de Front de gauche

Imprimer cet article

Thématiques :

Affaires économiques Lois Finances Développement durable Affaires sociales Défense nationale Affaires étrangères Culture et éducation Voir toutes les thématiques