Actualités

Communiqués de presse

Stop à la répression du mouvement syndical !

Demain 2 décembre aura lieu le procès de cinq salariés d’Air France au tribunal correctionnel de Bobigny. Ces derniers sont poursuivis pour « violences en réunions » suite à la tenue du comité d’entreprise annonçant la suppression de 2900 emplois et qui a coûté sa chemise au DRH de la compagnie.
Le 24 novembre dernier, huit anciens salariés de l’Usine Good-Year étaient convoqués devant le tribunal correctionnel d’Amiens dans le cadre du conflit social de janvier 2014 qui s’est soldé par 1143 licenciements. Alors que les deux cadres qui avaient porté plainte pour séquestration se sont retirés de la procédure, le procureur de la République a requis pour chacun une peine d’un an de prison ferme aménageable. Le jugement sera rendu le 12 janvier prochain.
Chez EDF, quatorze employés ont été convoqués par la police suite à leur participation à la journée d’action nationale interprofessionnelle pour les salaires et la sauvegarde de la protection sociale du 8 octobre dernier.
Toutes ces affaires sont révélatrices de l’aggravation de la répression syndicale et de la judiciarisation des conflits sociaux dans notre pays.
Dans ce contexte, les députés du Front de gauche s’associent pleinement à la journée d’action prévue demain devant le Tribunal de Bobigny pour demander la relaxe des salariés d’Air France – dont quatre ont déjà été licenciés pour faute lourde - et défendre les libertés syndicales. Marie-George Buffet et François Asensi seront présents aux côtés des salariés.
Les député-e-s du Front de gauche

Imprimer cet article

Thématiques :

Affaires économiques Lois Finances Développement durable Affaires sociales Défense nationale Affaires étrangères Culture et éducation Voir toutes les thématiques