Actualités

Questions au gouvernement

Situation économique et sociale, chômage, pouvoir d’achat

Mme la présidente. La parole est à M. Marc Dolez, pour le groupe de la Gauche démocrate et républicaine.
M. Marc Dolez. Monsieur le Premier ministre, chaque jour, des centaines ou des milliers de licenciements sont annoncés. Les prévisions sont catastrophiques. Mais il n’y a pas de fatalité du chômage et de la précarité ; reconnaissons-le, la crise a souvent bon dos. La Redoute et les 3 Suisses à Roubaix, Caterpillar à Grenoble, ou encore la FNAC, filiale du groupe PPR, licencient pour mieux maintenir les dividendes versés aux actionnaires.
Plutôt que de consacrer des milliards d’euros à sauver le système, une autre politique s’impose, pour s’attaquer aux racines de la crise et pour une véritable relance de l’emploi.
Cela suppose notamment de supprimer l’exonération des heures supplémentaires, machine à fabriquer du chômage, d’accorder un droit de veto suspensif aux représentants des salariés et de rétablir un contrôle administratif pour interdire les licenciements boursiers, de créer un pôle financier public en nationalisant les banques, de supprimer tous les plans de réduction des emplois publics, d’augmenter les salaires, les pensions de retraite et les minima sociaux.
Dès lors, monsieur le Premier ministre, ma question est simple : devant l’immense faillite des marchés financiers et l’échec patent de votre politique, allez-vous opérer ce changement de cap dont l’exigence monte chaque jour un peu plus dans le pays ? (Applaudissements sur les bancs des groupes GDR et SRC.)
Mme la présidente. La parole est à M. Laurent Wauquiez, secrétaire d’État chargé de l’emploi.
M. Laurent Wauquiez, secrétaire d’État chargé de l’emploi. Monsieur le député Dolez, vous avez raison : la situation de l’emploi est inquiétante, dans le monde, en Europe et en France, et elle nécessite toute notre vigilance.
Face à cette question, faut-il se payer de grands mots : « nationalisation », « suppression » de tel dispositif, « remise en cause » de telle politique... ?
M. Maxime Gremetz. Oui !
M. Laurent Wauquiez, secrétaire d’État. Non, je ne crois pas. Ce dont ont besoin les salariés aujourd’hui, c’est de mesures très concrètes et opérationnelles, que nous allons essayer de mettre en œuvre autour de quelques grands axes.
M. Jean-Paul Lecoq. Des sous pour le peuple !
M. Laurent Wauquiez, secrétaire d’État. Tout d’abord, il faut essayer d’accompagner chaque personne qui a perdu son emploi pour lui permettre de rebondir. Nous étions, par exemple, à Saint-Dié la semaine dernière pour présenter les contrats de transition professionnelle et la réforme de la formation.
Ensuite, il faut aller chercher dans tous les secteurs où nous pouvons trouver des emplois. Cela passe notamment par le travail conjoint que nous menons, avec Valérie Létard, sur les services à la personne.
Le troisième axe, monsieur le député, c’est d’œuvrer pour protéger ceux qui ont perdu leur emploi ; il s’agit, en lien avec les partenaires sociaux - je sais que vous y êtes sensible -, d’améliorer l’assurance chômage.
La mobilisation est générale sur ces questions. Cela suppose d’agir pour protéger aux mieux nos compatriotes. Nous sommes dans une période difficile ; épargnons-nous les grands mots, essayons de mettre en œuvre des opérations concrètes sur le terrain. L’objectif du Gouvernement est de protéger entre 200 000 et 300 000 emplois sur l’année à venir. (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP. - Exclamations sur les bancs du groupe GDR.)

Imprimer cet article

Marc
Dolez

Député du Nord (17ème circonscription)

Sur le même sujet

Affaires sociales

Thématiques :

Affaires économiques Lois Finances Développement durable Affaires sociales Défense nationale Affaires étrangères Culture et éducation Voir toutes les thématiques