Hubert Wulfranc

Né en 1956, Hubert Wulfranc a enseigné l’histoire-géographie en lycée professionnel. Il a été Maire de 2002 à 2017 de Saint-Etienne-du-Rouvray, commune où il a toujours vécu, et conseiller général de Seine-Maritime de 2004 à 2015. Fort de son expérience de Maire aménageur au sein d’une ville ayant fait l’objet d’un vaste programme de rénovation urbaine, il est particulièrement attaché au droit pour tous à disposer d’un logement digne. Membre de la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire, il est au cœur des débats relatifs à la nécessaire conversion écologique de notre pays. Député d’un territoire industriel frappé par la crise, il est de tous les combats des salariés et des habitants pour développer l’emploi, les solidarités et le cadre de vie.

Profession : Enseignant en histoire-géographie et français
Mandats et autres fonctions :
  • Membre de la commission d’enquête sur l’impact économique, industriel et environnemental des énergies renouvelables, sur la transparence des financements et sur l’acceptabilité sociale des politiques de transition énergétique
  • Secrétaire de la mission d’information relative aux freins à la transition énergétique
  • Membre de la mission d’information commune sur les perturbateurs endocriniens présents dans les contenants en plastique
  • Membre de la mission d’information sur les agrocarburants
  • Vice-Président des groupes d’études : Les Kurdes ; Spectacle vivant ; Villes et banlieues
  • Vice-Président des groupes d’amitié : France-Congo ; France-Portugal ; France-Ukraine

Evaluation et contrôle du Gouvernement Question sur le financement des infrastructures de transport

- Intervention de

Monsieur le secrétaire d’État, à la suite de mon collègue, je voudrais vous poser une question récurrente en matière de réseau ferroviaire. Vous avez annoncé, il y a moins d’un mois, qu’un plan d’action concerté – une forme de pacte –, désormais sur le point d’être signé, allait décider de l’avenir des (...)

Questions au gouvernement Baisse du livret A : l’épargne populaire malmenée

- par

Le 1er février le taux du livret A passera de 0,75 % à 0,5 %, soit en dessous de l’inflation. De l’aveu du gouvernement, cette mesure vise à inciter les Français à diversifier leur épargne et à placer leur argent sur les produits à risque proposés par les banques. Il s’agit d’un très mauvais coup à l’épargne populaire et aux millions de Français qui déposent leurs petites économies sur ces livrets.

Discussions générales Orientation des mobilités - lect. déf.

- Intervention de

Que puis-je vous dire d’autre que ce que j’ai déjà dit au nom des députés communistes lors de l’examen du projet de loi de finances pour 2020 ? Car oui, c’est un « Soviet » qui vous parle et, sans être suprême (Sourires), il ne dira pas ce qui est écrit dans son premier paragraphe, à savoir que votre texte (...)

Député de Seine-Maritime (3ème circonscription)
Membre de la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire

Vidéos du député

Quelle est votre stratégie en matière de sortie de crise ? E.Faucillon En savoir plus
Comment comptez-vous aider les intermittents à faire face aux conséquences de la crise sanitaire ? En savoir plus
Covid19 : L'association des forces politiques aux mesures d'urgence doit être continue En savoir plus
Mesures urgentes pour faire face au coronavirus : pourquoi nous ne voterons pas ce texte. En savoir plus

En direct

A la Une

Thématiques :

Affaires économiques Lois Finances Développement durable Affaires sociales Défense nationale Affaires étrangères Culture et éducation Voir toutes les thématiques