Roussel Fabien

Date de naissance :  Né le 16 avril 1969 à Béthune (Pas-de-Calais)
Circonscription :  Nord (20ème)
Commission :  Membre de la commission des finances
Profession :  Attaché parlementaire
Suppléant :   M. Alain Bocquet

Activité parlementaire

Monsieur le président, monsieur le ministre, monsieur le rapporteur général, mes chers collègues, c’est demain que les ministres européens des finances feront connaître – enfin ! – la fameuse liste noire officielle des paradis fiscaux, dévoilant du même coup la véritable ambition de l’Europe à lutter contre l’évasion fiscale. Après des années d’attente, il était temps que ce projet se concrétise. En la matière, les attentes de nos concitoyens sont immenses – à la hauteur de l’indignation soulevée par les scandales à répétition. Pas plus tard que vendredi dernier, nous apprenions qu’Airbnb, géant numérique mais nain fiscal, offrait à ses clients la possibilité de bénéficier d’une carte bancaire aux couleurs de l’enseigne ; et il ne s’agissait pas de n’importe quelle carte bancaire, mais d’une carte émise à Gibraltar, qui permet aux clients bien informés de dissimuler les revenus perçus et d’échapper aux radars du fisc français. Lire la suite.
Lundi, 4 décembre 2017
Madame la présidente, madame la présidente de la commission, monsieur le ministre, monsieur le rapporteur général, mes chers collègues, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018, que nous examinons aujourd’hui en nouvelle lecture, nous revient du Sénat dans une version améliorée, mais il reste à bien des égards un mauvais budget pour la Sécurité sociale et pour les Français. Les aménagements apportés par les sénateurs concernant l’augmentation de la CSG, qui frappera une grande partie de nos concitoyens, confirment les craintes que nous avions exprimées à ce sujet en première lecture. Oui, ce budget est une attaque en règle contre le pouvoir d’achat des Français et contre notre Sécurité sociale. Lire la suite.
Mardi, 28 novembre 2017
Monsieur le président, mes chers collègues, monsieur le ministre, ce budget et vos premières lois vont marquer durement la France. Jamais un gouvernement n’a fait autant de cadeaux aux plus riches et à la finance. Jamais il n’est allé aussi loin dans la casse de notre modèle social et des droits du travail. Ce programme de soumission totale aux injonctions de la Commission européenne et des marchés financiers est bien loin de répondre aux attentes des Français. En somme vous faites le pari que si on libère totalement la finance et si on favorise les plus riches, l’argent va naturellement redescendre, « ruisseler » vers l’économie réelle. M. Stéphane Peu. C’est une tromperie ! M. Fabien Roussel. Mais ce modèle économique s’inscrit dans la veine des plus vieilles recettes libérales, mises en œuvre depuis plus de trente ans. M. Sébastien Jumel. Adam Smith ! Lire la suite.
Mardi, 21 novembre 2017
Au nom de la dette et des intérêts acquittés à ce titre, que de sacrifices il nous faudrait encore accepter ! En tant que député du Nord, département où l’on connaît les sacrifices, je trouve que cette situation n’est plus acceptable. Entre 2008 et 2011, les États membres de l’Union européenne ont versé plus de 1 600 milliards d’euros aux banques pour les sortir de la crise des subprimes. Sur la même période, l’endettement de la France est passé de 70 % à 100 % du PIB, en seulement trois ans donc. Aujourd’hui, loin de contribuer à l’effort de redressement des comptes de la nation, les banques nous étranglent en réclamant des intérêts scandaleux sur notre dette : 41,2 milliards d’euros pour 2018 ! Et 1 % de hausse de ces taux nous coûterait 2 milliards d’euros l’année prochaine. C’est absolument insupportable. Lire la suite.
Mercredi, 8 novembre 2017
J’ai reçu de M. André Chassaigne et des membres du groupe de la Gauche démocrate et républicaine une motion de rejet préalable déposée en application de l’article 91, alinéa 5, du règlement. La parole est à M. Fabien Roussel : Monsieur le président, messieurs les ministres, monsieur le président de la commission, monsieur le rapporteur général, mes chers collègues, dans l’urgence et la précipitation, l’Assemblée nationale se réunit aujourd’hui pour trouver la parade face à un trou de 10 milliards d’euros dans le budget. C’est une somme énorme, que réclament des groupes financiers, des multinationales, et qu’il faudrait donc trouver séance tenante. Lire la suite.
Lundi, 6 novembre 2017
Dans la discussion générale, la parole est à M. Fabien Roussel. M. Fabien Roussel. Monsieur le président, monsieur le ministre, monsieur le rapporteur général, mes chers collègues, permettez-moi de revenir une nouvelle fois sur l’actualité et de remettre ce projet de loi de finances rectificative dans le contexte du nouveau scandale d’évasion fiscale qui implique des multinationales françaises et révèle encore l’ampleur de l’optimisation fiscale : en toute légalité, des multinationales font tout pour échapper à l’impôt. Et vous voulez ramener celui-ci à 25 %, parce que, comme l’a dit ma collègue Cendra Motin, il asphyxie nos entreprises ! Pour ces entreprises-là, il y aura toujours trop d’impôt. Lire la suite.
Lundi, 6 novembre 2017