Rapport Grosperrin : coup de force contre le service public d'éducation !

par Amiable Marie-Hélène

La commission des Affaires culturelles et de l'Education de l'Assemblée nationale a adopté, ce matin, le nouveau rapport « Grosperrin », sur la formation initiale et les modalités de recrutement des enseignants. Majoritairement rejeté, le 6 juillet dernier, à l'issue des travaux de la mission parlementaire ce nouveau texte ne présente aucune différence notable avec le précédent.
Son adoption constitue donc un véritable coup de force de la part de la majorité présidentielle !
Les député-e-s communistes membres de la commission ont naturellement voté contre cette nouvelle déclaration de guerre contre l'éducation nationale qui continue de prôner la suppression du concours externe de l'agrégation et le remplacement, d'ici dix à quinze ans, du concours de recrutement des enseignant-e-s par le master !
En leur nom, la députée Marie-Hélène Amiable, a également mis en garde la majorité contre un texte totalement décalé à l'aune de la récente décision du Conseil d’État d’annuler deux arrêtés du 12 mai 2010 fixant les compétences à acquérir par les enseignant-e-s et CPE stagiaires d'une part et les modalités d’évaluation et de titularisation des professeurs agrégés d'autre part.
Ainsi ce que la majorité ne reconnaît pas, à savoir qu'une véritable formation professionnelle pour les enseignant-e-s exige des moyens à la hauteur, la justice le fait !
Plutôt que les énièmes recettes libérales qui ont inspiré le programme de l'UMP pour l'éducation, les problèmes résultants de la masterisation improvisée par le chef de l'Etat en juin 2008, auraient mérité de toutes autres propositions : organiser un pré-recrutement visant à garantir la démocratisation dans l'accès au métier d'enseignant-e, conserver des concours de haut-niveau disciplinaire, organiser une véritable formation « alternée » avec des aller-retours entre l'université et des stages en pratique accompagnée et en responsabilité, relancer des programmes de recherche pour évaluer les effets des pratiques et des formations.