Traité européen : le 18 brumaire de Merkel-Sarkozy

par Brard Jean-Pierre

A la réunion du Conseil européen, les dirigeants ont voulu décider du sort de l'Europe et de ses peuples. Si le pacte intergouvernemental imposé par le duo Sarkozy-Merkel devait aboutir, cela consacrerait une nouvelle victoire des marchés sur les peuples souverains.
Thomas Nord, député Die Linke au Bundestag et Jean-Pierre Brard, député du groupe GDR à l'Assemblée nationale, tous deux membres du groupe de travail franco-allemand sur la crise crée à l'initiative conjointe des Présidents de l'Assemblée nationale et du Bundestag, réuni aujourd'hui à Paris, dénoncent cette OPA hostile de la finance sur les démocraties.
La Sainte-Alliance de madame Merkel et de monsieur Sarkozy contre l'expression des peuples souverains est inacceptable. Le trouble obsessionnel qui consiste à vouloir, à tout prix, « rassurer les marchés » ne peut constituer l’alpha et l’oméga d’une vision politique pour l’Europe. Les sacrifices de souveraineté que ce condominium franco-allemand cherche à nous imposer sont non seulement inadmissibles, ils sont aussi anti-constitutionnels, en Allemagne comme en France.
Les décisions prises lors du sommet de Bruxelles ne vont pas résoudre la crise, elles vont l'aggraver. La question centrale qui reste posée est celle d'une autre répartition des richesses entre les salariés et la rémunération du capital.
L'austérité constitutionnalisée va plonger les peuples dans la misère. Elle risque de déboucher sur une crise sociale majeure et sur la montée d'un populisme d'extrême -droite en Europe.
Il faut remettre immédiatement les peuples au cœur des décisions politiques en leur permettant de s'exprimer par référendum sur ce déni de démocratie qui menace leur avenir.
Au moment où l’internationale de la finance prend tous les pouvoirs en Europe et installe à la tête des gouvernements grecs ou italiens son propre personnel, les députés du groupe Die Linke et ceux du Front de Gauche se prononcent pour une autre coopération franco-allemande et pour de véritables alternatives populaires à la crise en Europe.