Interventions

Discussions générales

Question sur la mixité sociale dans l’éducation nationale

Madame la ministre, mes chers collègues, les conclusions du rapport présenté par le Comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques font froid dans le dos.
À l’heure où de nombreux acteurs discutent de la nécessité de refonder notre pacte républicain et de créer du vivre ensemble, ce rapport démontre clairement que le système scolaire français n’est pas un outil de promotion de la mixité sociale. À l’inverse, l’éducation nationale est victime d’un véritable apartheid social.
Certains chiffres édifiants témoignent de la ségrégation à l’œuvre tout au long du cycle de formation. Au collège, déjà, on observe une concentration des élèves favorisés et des élèves très favorisés dans un nombre restreint d’établissements. Cette tendance s’accélère au lycée sous l’effet du tri social opéré par l’orientation en fin de troisième.
La spirale de la ségrégation ne semble pas reculer. Cela met en danger l’idée même de l’école républicaine.
J’aimerais insister sur l’enjeu de la carte scolaire. Le rapport le montre clairement, la recherche de l’entre-soi pousse les familles aisées à éviter certains établissements en contournant la carte scolaire, instituant une sélection par les relations, le capital culturel, l’argent.
La carte scolaire est indispensable pour stopper l’exode des familles les plus aisées vers des établissements prisés. Cependant, nous le savons, la société est déjà parcourue d’inégalités. L’école à deux vitesses se construit donc en parfaite symétrie, dans un pays qui voit les bidonvilles se développer aussi vite que les quartiers d’affaires.
Pour valoriser une école qui joue son rôle de promotion sociale et limiter la reproduction des inégalités, il est urgent d’élargir le débat et de ne pas nous cantonner à une réflexion éducative stricte.
La mixité sociale doit se construire par le biais de politiques publiques ambitieuses – politique éducative mais également politiques du logement, de l’emploi, de l’implantation des services publics.
Ma question est donc la suivante : quelle stratégie de partenariat et de transversalité doivent adopter l’éducation nationale et les pouvoirs publics pour promouvoir la mixité sociale dans les territoires de notre pays ?
Vous avez répondu en grande partie à ma question dans le cadre de votre intervention, mais vous pouvez encore apporter quelques précisions, par exemple s’agissant des moyens financiers.
Mme la présidente. La parole est à Mme la ministre.
Mme Najat Vallaud-Belkacem, ministre. Vous avez raison, monsieur le député, il faut être attentif à ces questions. Vous l’avez compris, le partenariat sera construit au niveau local. Nous veillerons à ce que, dans chaque académie, les établissements qui s’engagent dans cette démarche soient accompagnés, notamment sur le plan financier. Lorsqu’il s’agira, par exemple, de développer une offre pédagogique d’excellence dans tel ou tel établissement parce que c’est le levier qui aura été retenu pour favoriser la mixité sociale, nous y mettrons les moyens.

Imprimer cet article

Jean-Jacques
Candelier

Député du Nord (16ème circonscription)

Sur le même sujet

Culture et éducation

Thématiques :

Affaires économiques Lois Finances Développement durable Affaires sociales Défense nationale Affaires étrangères Culture et éducation Voir toutes les thématiques