Interventions

Questions

Débat sur la gestion des masques entre 2017 et 2020

Nous sommes, vous le savez, dans une société à risques. Il s’agit d’une question majeure de sécurité civile, pour l’ensemble de nos concitoyens. Elle n’est pourtant pas posée seulement à l’échelle et en référence à la crise sanitaire.

À Rouen, en septembre 2019, lors de la catastrophe Lubrizol, dès les premières minutes de l’incendie, à deux heures quarante-huit du matin, l’incertitude règne quant à la toxicité des produits embrasés. Je cite le directeur départemental de la santé publique, à la suite de la commission d’enquête sénatoriale : « Vingt-cinq masques de type NRBC se trouvaient à disposition localement à l’hôtel de police et ont pu, pour certains, être distribués aux fonctionnaires en relève avant huit heures. Vers huit heures trente, il a été demandé aux pompiers de mettre à disposition des masques papiers FFP2 pour les policiers qui sont parvenus, pour 100 d’entre eux, après onze heures, puis un deuxième lot de 500 pour le week-end et les jours suivants. »

Tout cela pour vous dire, monsieur le ministre, que la question des masques se pose aussi face à une catastrophe industrielle ou naturelle, vis-à-vis de laquelle la réactivité pour protéger aussi bien les acteurs en première ligne que l’ensemble de la population concernée est cruciale, surtout devant l’incertitude du risque.

N’avez-vous pas eu suffisamment d’alertes et de retours d’expériences pour réexaminer sérieusement et dans le détail l’ensemble des types de masque en toute situation de crise ? À cet égard, je ne trouverais pas hors de propos – et nous le préconisons –, quel qu’en soit le prix, de trouver autant de masques disponibles chez les Français que de papier toilette, et ce dans le cadre d’une politique publique de protection civile d’intérêt général. (Applaudissements sur les bancs du groupe GDR, ainsi que sur quelques bancs du groupe SOC.)

M. le président. La parole est à M. le ministre.

M. Olivier Véran, ministre. Pourquoi pas, monsieur le député Wulfranc ? Manifestement, il y a eu un moment où il a été considéré que l’État n’était pas à même de stocker à lui seul des masques de protection et qu’il fallait que les employeurs des personnels les plus à risque d’exposition à des particules inhalables soient chargés d’en stocker. Je ne suis pas sûr que cela a été un franc succès. Et si nous devions désormais compter sur le fait que les citoyens s’équipent eux-mêmes en matériels de protection, je ne suis pas certain non plus que ce serait un franc succès.

Je sais que vous croyez en l’État.

Moi aussi, tout comme je crois qu’il faut que nous ayons un stock suffisant, des circuits de distribution rapides et efficaces, et une logistique décentralisée. Il me semble que ce serait une bonne base pour préparer le pays face aux risques industriels et sanitaires, tels que ceux que vous évoquez.

Commençons par ça. Quant à équiper les citoyens en masques et en matériels jusque chez eux, je suis ouvert à toute proposition, mais je crois qu’il serait plus réaliste de procéder par un stock national, des circuits de distribution facilités, une logistique efficace et des centres décentralisés de stockage de produits essentiels.

Imprimer cet article

Hubert
Wulfranc

Député de Seine-Maritime (3ème circonscription)

Sur le même sujet

Affaires sociales

Thématiques :

Affaires économiques Lois Finances Développement durable Affaires sociales Défense nationale Affaires étrangères Culture et éducation Voir toutes les thématiques