Buffet Marie-George

Date de naissance :  Née le 7 mai 1949 à Sceaux (Hauts-de-Seine)
Circonscription :  Seine-Saint-Denis (4ème)
Commission :  Vice-présidente de la commission des affaires culturelles et de l'éducation
Profession :  Employée
Suppléant :  Mme Soumya Bourouaha

Activité parlementaire

Hier, 380 sportives et sportifs ont interpellé Emmanuel Macron sur le danger que représente le démantèlement en cours du service public du sport. Je souscris pleinement à leur propos et je salue leur engagement. Les crédits budgétaires relevant du ministère des Sports subissent une nouvelle baisse de 30 millions d’euros cette année. Dans le même temps, le Gouvernement projette de supprimer d’ici la fin du quinquennat 1600 postes de Conseillers Techniques Nationaux. Incompréhen-sible alors que nous accueillons les Jeux Olympiques et Paralympiques dans six ans. Inac-ceptable alors que la situation des clubs amateurs ne cesse de se dégrader. Depuis plusieurs mois, les acteurs et actrices du monde sportif, dans leur diversité, alertent le Gouvernement et la majorité sur le danger que représentent ces décisions. Les mobilisa-tions se multiplient. Pourtant, l’exécutif persiste et signe. Lire la suite.
Vendredi, 19 octobre 2018
J’associe Jean-Paul Lecoq à ma question. Monsieur le Premier ministre, samedi dernier se déroulait la journée internationale de la paix instituée par l’Organisation des Nations unies – ONU – afin de promouvoir partout la paix. Dans le monde entier, des femmes et des hommes se sont mobilisés pour la culture et le droit humain à la paix. En France, de nombreuses initiatives, hélas peu relayées par les médias, se sont déroulées à l’initiative du Mouvement de la paix et de Mères pour la paix. Dans le même temps, la parole de la France dans le concert des nations s’essouffle et sa politique extérieure, hors intervention militaire, s’affaiblit. Les oppositions de doctrine, apparues hier lors de l’Assemblée générale de l’ONU, doivent renforcer notre conviction que, face aux différents impérialismes et nationalismes exacerbés, en particulier celui des États-Unis, la France doit s’imposer comme la nation de la coopération, capable de s’adresser à tous les pays mais sans compromission. Lire la suite.
Mercredi, 26 septembre 2018
Monsieur le président, madame la ministre, monsieur le rapporteur général, madame la rapporteure spéciale, je me félicite que le thème de la recherche publique soit abordé à travers la présente proposition de résolution, car, dans ce domaine, la France n’est pas encore à la hauteur des ressources dont elle dispose ni de ses ambitions : 2,2 % du produit intérieur brut est consacré à la recherche et au développement, ce qui place notre pays en deçà de l’objectif de 3 % défini dans la stratégie de Lisbonne. Cette situation pousse à s’interroger sur la place accordée par les gouvernements successifs à la recherche publique. Au-delà de ce constat sur les moyens, je crois qu’il faut regarder attentivement les dysfonctionnements qui touchent ce domaine, afin de pouvoir trouver des solutions efficaces aux problèmes soulevés, dont la proposition de résolution fait justement état. À la lecture du texte, je souhaiterais évoquer quelques points qui méritent attention. Lire la suite.
Mercredi, 20 juin 2018
Monsieur le ministre, monsieur le président de la commission, madame la rapporteure, chers collègues, la proposition de loi que nous soumet aujourd’hui le groupe La République en marche fait de l’interdiction du téléphone portable la règle au sein des établissements scolaires, sauf là où le règlement l’autorise expressément. Cela n’est-il pas déjà le cas ? Dans sa version actuelle, la loi dispose que : « Dans les écoles maternelles, les écoles élémentaires et les collèges, l’utilisation durant toute activité d’enseignement et dans les lieux prévus par le règlement intérieur, par un élève, d’un téléphone mobile est interdite. » Quelle est, en outre, l’utilité d’une loi qui se contente de rappeler ce que les règlements des établissements scolaires peuvent déjà établir ? Lire la suite.
Jeudi, 7 juin 2018
Que l'on ne si trompe pas, les annonces faites par la Ministre de la Culture sur la réforme de l'audiovisuel public n'est qu'un plan d'économie sans précédent, estimé entre 250 millions et 500 millions d'euros d'ici 2022. Sous les mots "synergie", "efficience" ou "diversification de l'offre" ne se cache qu'une volonté d'en finir avec le service public de l'information en procédant à une véritable purge des effectifs et des contenus. Nous faisons d'ores et déjà part de notre soutien sans failles aux salarié.e.s de l'audiovisuel public face à cette entreprise de destruction. Nous mènerons le combat à l'Assemblée pour contrer ce vaste plan social afin de défendre la pluralité et la qualité de l'information. Lire la suite.
Lundi, 4 juin 2018
Madame la présidente, monsieur le ministre, madame la rapporteure, mes chers collègues, la proposition de loi que le groupe MODEM soumet aujourd’hui à notre examen a pour objectif principal de faciliter et d’encourager l’engagement associatif. Je ne peux que saluer cette ambition, même si le texte lui-même en manque quelque peu. Vous avez parlé, madame la rapporteure, d’une « petite pierre ». Les associations sont indispensables à la cohésion de notre pays. Elles sont présentes au quotidien pour répondre aux besoins sociaux et sociétaux. Elles sont porteuses de valeurs qui sont celles de l’entraide, de la transmission et de l’émancipation. La France compte plusieurs millions de bénévoles qui s’engagent au jour le jour pour apporter leur pierre à ce grand édifice de partage et de solidarité que constitue notre tissu associatif. Lire la suite.
Jeudi, 17 mai 2018