Propositions

Nos niches parlementaires

Accès gratuit aux masques

Souhaitons à cette proposition de résolution, la même approbation unanime qu’a reçue la proposition de loi de mon collègue André Chassaigne en début de journée, car le sujet appelle plus l’unanimité que la confrontation.

Depuis quelques jours, la vie reprend ses droits. Progressivement, nous reprenons le chemin du travail, de l’école, des magasins. Nous retrouvons le plaisir de voir des amis, d’aller au restaurant, de faire du sport. Oui, la vie reprend son cours, et il faut bien sûr en apprécier toute la saveur.

Cette vie reste néanmoins sous surveillance. Le virus que nous combattons depuis trois mois est toujours bien là. D’ailleurs, comment pourrions-nous l’oublier, ne serait-ce qu’un instant, tant les ravages qu’il a provoqués se rappellent à nous chaque jour ?

Je pense aux 29 575 morts, victimes à ce jour de la pandémie, et à tous ceux qui ont souffert dans leur chair, dont beaucoup subissent encore les effets douloureux de la maladie. Ils ont été admirablement pris en charge par les personnels soignants, qu’il ne faut pas oublier.

Je songe aussi à tous ceux qui perdent leur emploi, qui se retrouvent dans la précarité, obligés de mettre leur activité en sommeil ou même, hélas trop souvent, d’y mettre un terme. Les dégâts sont considérables, et ce n’est pas fini.

Nous ne sommes pas non plus tirés d’affaire sur le plan sanitaire. Tout relâchement prématuré pourrait même relancer l’épidémie, comme on peut le voir en ce moment même à Pékin où l’on vient de fermer toutes les écoles.

Le Conseil scientifique l’a du reste souligné dans ses récents avis. Le 2 juin, il notait ainsi que « le faible niveau de circulation du virus [devait] être mis à profit pour préparer les différentes structures de l’État à affronter une éventuelle reprise de l’épidémie, quelle qu’en soit la forme ». Et d’ajouter que « l’anticipation est […] un atout majeur permettant d’éviter l’apparition d’une deuxième vague, aussi massive que celle subie début 2020 ».

L’anticipation est essentielle pour nos hôpitaux publics, fragilisés par deux décennies de restrictions budgétaires, affaiblis par la suppression de quelque 100 000 lits, y compris en réanimation.

Anticiper, c’est aussi prévenir et empêcher le retour du virus. Aujourd’hui, nous sommes tous d’accord pour dire que le port du masque est reconnu comme le plus efficace des gestes barrières. Le Haut Conseil de la santé publique a même préconisé de le rendre obligatoire, au moins dans les établissements recevant du public. Ici même, le Premier ministre traduisait en acte cette recommandation, à la fin du mois d’avril, en imposant le port du masque dans les transports en commun, sous peine d’une amende de 135 euros. L’obligation demeure à ce jour.

L’utilité des masques ne fait plus aucun doute pour personne. Obligatoire pour les enseignants, il le sera à partir de lundi pour les collégiens, les lycéens et les étudiants. Le port du masque est aussi imposé dans de nombreuses entreprises, dans les services publics, à l’entrée de beaucoup de magasins, dans les banques, les bureaux de poste, les salons de coiffure, les taxis, c’est-à-dire dans d’innombrables lieux de la vie courante.

Résultat de toutes ces recommandations : après une chasse aux masques, lancée sur fond de marché noir et de prix exorbitants, la situation s’est régulée progressivement avec l’arrivée de masques en tissu made in France et d’importations massives.

Actuellement, le problème n’est plus l’approvisionnement mais le coût que cela peut représenter pour de nombreuses familles, pour des jeunes, des étudiants, des retraités.

Une boîte de cinquante masques à usage unique de type chirurgical est vendue entre 40 et 50 euros en pharmacie. Puisque le masque doit être renouvelé toutes les quatre heures, il en faut donc deux par jour. Pour un mois, il en faudra plus d’une boîte, ce qui représente plus de 50 euros par personne.

Pour une famille de quatre personnes, la dépense peut donc s’élever à plus 200 euros. Cela n’a rien de fictif : dans certains collèges, les rectorats ont déjà annoncé aux parents d’élèves qu’il faudrait prévoir deux masques de ce type pour une journée de cours.

Il y a aussi les masques textiles lavables. La ministre nous a indiqué la semaine dernière qu’ils reviennent peu cher à l’usage, mais il en faut en moyenne cinq par mois, et il faut les renouveler chaque mois.

Les Français ont donc le choix entre un masque chirurgical à 95 centimes d’euros, sachant qu’il en faut deux par jour minimum, ou un masque en tissu : en voici deux, l’un a coûté 3 euros et l’autre 5. Leur durée de vie est d’environ une semaine.

Quoi qu’il en soit, le coût minimum se situe de 1 à 2 euros par jour et par personne. Pour une personne, la dépense quotidienne représente au moins le prix d’une bonne baguette de pain. Pour une famille de quatre personnes, c’est le prix d’un ticket de cantine d’un enfant scolarisé. Voilà la réalité.

C’est une dépense loin d’être négligeable quand la pauvreté frappe plus de 10 millions de personnes dans notre pays, quand des étudiants doivent solliciter l’aide alimentaire du Secours populaire français, quand des retraités font appel aux Restos du cœur ou au Secours catholique.

Le Gouvernement nous dit que ces personnes les plus en difficultés peuvent se rendre dans les centres communaux d’action sociale – CCAS – des mairies. Vous renvoyez ainsi une partie de notre population vers les mairies alors que nous parlons d’un matériel médical visant à lutter contre la pandémie. C’est comme si les mêmes personnes devaient aller chercher leurs médicaments dans les CCAS parce qu’ils ne seraient plus remboursés. Le port du masque pour tous est une question de santé publique.

Son coût ne peut pas être supporté par les mairies, les CCAS, les régions ou les départements qui ont déjà beaucoup dépensé dans ce domaine. Voilà pourquoi l’accès à toute la population des masques de protection, que l’on pourrait assimiler à un médicament de première nécessité, comme le Doliprane, doit pouvoir être pris en charge par la sécurité sociale.

Cela lui coûterait cher, me direz-vous : certainement 200 à 300 millions d’euros par mois. Mais combien d’économies réalisées et de vies sauvées si nous évitons le retour du virus et de nouvelles hospitalisations ?
Tel est l’objet de la présente proposition de résolution des députés communistes et du groupe GDR qui vous invitent, d’une part, à mettre en place un dispositif de distribution de masques dans le réseau national de pharmacies, coordonné par l’assurance maladie, et, d’autre part, à rendre gratuit l’accès aux masques grâce à une prise en charge intégrale par l’assurance maladie.

Une fois par mois, chaque assuré social pourrait se procurer son lot de masques en tissu ou en papier en présentant sa carte Vitale en pharmacie, pendant toute la durée de cette crise sanitaire.

De surcroît, une telle décision permettrait de distribuer en priorité les masques produits en France. Grâce aux entreprises qui ont répondu à l’appel, l’industrie textile nationale produit en effet près de 10 millions de masques par semaine. Or le Gouvernement, les collectivités, les hôpitaux et La Poste continuent d’acheter des masques en provenance de Chine ou du Vietnam.

Ce sont certes des camarades, mais nous pourrions quand même acheter des masques français.
Allons-y ! C’est l’occasion, par une commande nationale de la sécurité sociale, d’acheter d’abord les masques produits en France. C’est bon pour l’économie, l’emploi et la planète. Actuellement, 40 millions de masques made in France ne trouvent pas preneur. De nombreuses entreprises françaises se plaignent du fait que l’État, les collectivités et les hôpitaux n’achètent pas les masques produits en France.

C’est pourquoi cette proposition de résolution nourrit une double ambition : répondre à une question de santé publique ; organiser l’achat des masques auprès d’entreprises françaises afin de soutenir notre industrie textile et des salariés qui ont beaucoup donné pendant la crise.

Enfin, ce texte est une proposition de résolution qui invite le Gouvernement à travailler dans ce sens, et non pas une proposition de loi destinée à être gravée dans le marbre. Envoyons ce signal, cette recommandation au Gouvernement, tout en espérant que l’épidémie ne revienne pas. (Applaudissements sur les bancs des groupes GDR et FI.)

Imprimer cet article

Fabien
Roussel

Député du Nord (20ème circonscription)

A la Une

Dernière vidéo de Fabien Roussel

En direct

Thématiques :

Affaires économiques Lois Finances Développement durable Affaires sociales Défense nationale Affaires étrangères Culture et éducation Voir toutes les thématiques