Propositions

Nos niches parlementaires

Après le Covid-19, donner à l’Etat les moyens de protéger

La crise sanitaire du Covid-19 et ses conséquences économiques ont mis en évidence la faiblesse de l’État. Faiblesse de notre système hospitalier, faiblesse plus largement de notre système de santé, incapacité à réunir les outils médicaux qui auraient permis d’endiguer l’épidémie plus efficacement, incapacité de notre assurance chômage à protéger, particulièrement depuis la réforme Pénicaud entrée en vigueur en novembre 2019. L’impuissance publique a été cruellement mise en lumière. Les députés communistes n’ont pas attendu cet épisode dramatique pour dénoncer la casse sociale et la casse de l’hôpital exercées par les gouvernements successifs ces 30 dernières années, particulièrement celui de Macron. Dans la logique qui a toujours été la leur, ils ont choisi de placer leur journée d’initiative parlementaire du 18 juin 2020 sous le jour de « l’Etat qui protège ».

Renforcer l’hôpital et protéger la santé de nos concitoyens

Aucune des 130 visites d’hôpitaux effectuées depuis janvier 2018 par les députés communistes n’aura démenti le constat alarmant dressé par les soignants sur l’hôpital public. Celui d’un service public hospitalier à bout de souffle, mettant quotidiennement en danger les soignants et les patients. Le drame annoncé a eu lieu. Plus que jamais, il est urgent de réarmer l’hôpital public, un bien commun dont cette épidémie vient de nous rappeler la préciosité. Partout en France, le manque de lits et d’équipements a provoqué des décès en masse, particulièrement chez nos anciens.

Tout tend à démontrer que l’épidémie que nous traversons aura aussi frappé beaucoup plus durement les plus démunis d’entre nous. D’après l’Insee, la Seine-Saint-Denis, à la fois le département le plus jeune et le plus pauvre de France, paie un tribut incomparablement plus lourd que d’autres. Pour qu’un obstacle financier n’empêche pas ces mêmes populations de s’équiper en masques de protection,nous avons souhaité qu’ils soient entièrement gratuits.

Mettre à contribution les plus riches, agir pour les plus démunis

La récession va plonger notre pays dans des difficultés économiques qu’il n’a pas eu à affronter depuis 1945. Des mesures doivent être prises d’urgence pour mettre à contribution les plus hauts revenus. Bien qu’il ne soit qu’un préalable à la refonte profonde de notre système fiscal (notamment une meilleure progressivité de l’impôt), le rétablissement de l’ISF semble à ce titre indispensable. Nous défendons également une mise à contribution exceptionnelle des plus hauts revenus pour faire face aux circonstances.

La crise économique qui vient frappera l’ensemble de nos concitoyens. Il appartient à l’État de protéger les plus faibles d’entre eux. Chômeurs, précaires, étudiants, allocataires des minima sociaux et tant d’autres. De leur côté, les députés communistes alerteront, une nouvelle fois, sur la situation épineuse des agriculteurs, eux qui perçoivent les retraites les plus faibles de toutes. Leur garantir une retraite digne est une mesure d’équité sociale devenue incontournable.

Protéger les étudiants et les salariés

Particulièrement impactés par la crise économique qui débute, les étudiants sont au cœur des préoccupations des députés communistes. Portée par Marie-George Buffet, notre proposition de résolution propose d’instaurer (enfin) un revenu étudiant qui vienne non seulement remplacer un système d’aide lacunaire, incapable de protéger contre la misère, mais aussi reconnaître les étudiants dans leur qualité de travailleurs.

Enfin, il nous a paru crucial de faire une proposition en matière d’emploi et de formation pour faire face à la vague de licenciements qui s’annonce. Pour éviter un drame social, nous proposons de garantir une indemnité équivalente à 100% de leur salaire aux licenciés économiques tout en leur ouvrant des droits à la formation renforcés permettant leur reconversion vers des secteurs d’activité en lien avec la transition écologique et sociale de l’économie.

Imprimer cet article

A la Une

Thématiques :

Affaires économiques Lois Finances Développement durable Affaires sociales Défense nationale Affaires étrangères Culture et éducation Voir toutes les thématiques