Interventions

Budget de l’Etat

PLF 2020 - Mission Action extérieure de l’Etat

Les budgets que nous examinons aujourd’hui portent sur trois programmes : « Action de la France en Europe et dans le monde », « Français à l’étranger et affaires consulaires », « Diplomatie culturelle et d’influence ».

Ces trois sujets sont maltraités par le Gouvernement. La diplomatie française est transformée en une machine à promouvoir les produits français, notamment ses armes, mettant entre parenthèses la culture et les relations politiques. Le réseau consulaire tend à se réduire et le manque de personnel pour la gestion des Français à l’étranger est criant. La diplomatie culturelle est paradoxale avec une volonté de faire apprendre le français à l’étranger tout en faisant exploser les frais d’inscription pour les étudiants étrangers.

Commençons donc par la diplomatie française. Ses missions sont erratiques. Les quatre grands axes du ministère parlent de l’action pour la paix et la stabilité, de la promotion de l’Union européenne, de la défense de la démocratie et des droits de l’homme et d’une régulation économique et commerciale efficiente.

Pour les députés communistes, seuls la paix et le dialogue avec tout le monde doivent être la boussole diplomatique. De la défense de la paix découle la défense des droits de l’homme et de la démocratie.
Les agents du Quai d’Orsay sont donc débordés et doivent tout faire en même temps, diluant la parole de la France. Le budget 2020 confirme d’ailleurs cette orientation avec une panoplie de priorités et aucun moyen budgétaire supplémentaire. La réforme de la fonction publique diplomatique maintient d’ailleurs cette absence de priorisation en valorisant les contrats courts de spécialistes. Mais ces contrats courts doivent être fidélisés. C’est pourquoi deux primes d’un montant total de 2,8 millions d’euros sont allouées pour les contractuels. Finalement, ces postes en CDD ne sont-ils pas plus chers que des postes de fonctionnaires ? La diplomatie n’a-t-elle pas besoin de stabilité pour animer des réseaux dans le monde ?

Cet objectif, au fond, n’est pas comptable : il est idéologique, voire dogmatique. Les fonctionnaires sont vus comme un poids financier par notre gouvernement et ne sont pas vus à la hauteur de leur expertise, cette expertise qui permettrait de reconnecter notre diplomatie au cœur du monde et anticiper pour éviter les crises et les guerres.

Nous aurions peut-être évité quelques erreurs récemment avec cette véritable expertise au lieu de diplomates en CDD, qui vendent un Rafale le matin, travaillent à l’export des PME l’après-midi et se battent pour implanter Peugeot dans leur pays de résidence le soir.

Si le budget de l’action de la France dans le monde entraîne des conséquences néfastes pour notre diplomatie, il en est de même du budget de la diplomatie culturelle. J’en veux pour preuve la diminution de budget de l’Institut français qui retrouve son niveau de 2018 après une augmentation exceptionnelle de 2 millions d’euros supplémentaires en 2019 pour promouvoir la langue française. Monsieur le ministre, vous qui avez géré autre chose que le ministère des affaires étrangères, vous savez très bien que, lorsqu’on développe des actions une année, il faut des crédits supplémentaires si on veut les poursuivre les années suivantes avec une certaine efficacité.

Certes, mais développer 2 millions d’euros d’actions impose d’avoir des crédits permettant de fidéliser ces actions.

Même les crédits alloués à la promotion de l’enseignement supérieur français sont mal utilisés puisque le plan « Bienvenue en France » a commencé par faire exploser le coût des frais d’inscription pour les étudiants étrangers, excluant de fait les plus précaires d’entre eux, limitant de fait la portée de l’enseignement supérieur français.

Monsieur le ministre, je voudrais conclure mon propos par une question qui concerne l’amiante. Pourquoi avez-vous décidé de faire appel de la décision de la cour administrative de Nantes du 6 juin dernier qui a reconnu que la demande d’indemnisation du préjudice moral d’anxiété présenté par un agent qui a travaillé plus de vingt ans dans un bâtiment de votre ministère était fondée ? Ce problème concerne le budget, car, s’il y a des problèmes d’amiante dans les bâtiments du ministère, c’est parce qu’il n’y a pas non plus assez de budget pour effectuer les opérations de désamiantage. Cette affaire est très inquiétante en ce qu’elle démontre bien les failles de l’administration et la déshumanisation qui nous guette.

La dispersion de la diplomatie française dans des sujets annexes, sa dangereuse obsession pour les sujets économiques, la diminution drastique du nombre de postes du Quai d’Orsay et un budget qui ne permet en rien de régler ces questions font que les députés communistes et le groupe GDR en général voteront contre ce budget.

Imprimer cet article

Thématiques :

Affaires économiques Lois Finances Développement durable Affaires sociales Défense nationale Affaires étrangères Culture et éducation Voir toutes les thématiques