La marche nationale pour la Palestine arrivera à Paris place de la République samedi prochain, 18 octobre, et constituera le lieu de convergence de multiples initiatives locales. Ces actions attestent de l’émotion légitime face à la situation faite au peuple palestinien. Les cinquante jours de bombardements de cet été, les milliers de morts – dont des centaines d’enfants –, de blessés et de personnes déplacées sont des actes insoutenables contre les civils palestiniens et une violation incontestable du droit international qui nécessitera plus de 4 milliards d’euros d’aide à la reconstruction de Gaza et à ses victimes. Jusqu’à quand allons-nous tolérer cette succession de destructions et de reconstructions meurtrières, tout comme l’inacceptable blocus infligé aux populations ? Lire la suite.
Mardi, 14 octobre 2014
Monsieur le président, madame la ministre, mesdames, et messieurs les rapporteurs, mes chers collègues, à l’issue de nos débats, qui ont été riches, sur ce projet de loi, je confirme ce que j’en avais dit dans la discussion générale. De grandes ambitions sont affichées : construire un nouveau modèle énergétique plus diversifié, plus équilibré, plus sûr, plus participatif, visant à relancer la croissance tout en luttant contre le réchauffement climatique, pour réduire le chômage et la facture énergétique de notre pays. Mais ce projet se donne-t-il les moyens de ses ambitions ? M. Guillaume Chevrollier. Non ! M. Patrice Carvalho. Selon les évaluations de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, l’ADEME, il faudrait mobiliser entre 10 et 30 milliards d’euros supplémentaires, chaque année, par rapport au niveau actuel des investissements énergétiques - 37 milliards d’euros - pour parvenir au mix énergétique avancé. Lire la suite.
Mardi, 14 octobre 2014
Les députés du Front de gauche ont voté contre le projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte. Dans ce texte de loi, de grandes ambitions sont certes affichées : construire un nouveau modèle énergétique plus diversifié, plus équilibré, plus sûr et plus participatif, visant à relancer la croissance toute en luttant contre le réchauffement climatique, pour réduire le chômage et la facture énergétique de la France. Cependant, pour atteindre ces objectifs, le projet de loi propose peu de mesures concrètes et reste le plus souvent dans l’incantation. Nombre de mesures ne sont pas financées. Selon les évaluations de l’ADEME, il faudrait mobiliser entre 10 et 30 milliards d’euros supplémentaires chaque année par rapport aux niveaux actuels des investissements énergétiques (37 milliards d’euros) pour parvenir au mix énergétique envisagé. Lire la suite.
Mardi, 14 octobre 2014
Monsieur le président, monsieur le ministre, mes chers collègues, cette proposition de loi du groupe UMP semble davantage issue du cahier de revendications du MEDEF que d’un programme politique au service du pays, tant les similitudes avec les récentes propositions de ce syndicat patronal sont troublantes. Ainsi, l’UMP réclame : l’extension du contrat de chantier à d’autres secteurs, pour accentuer encore la précarité et la flexibilité ; la modification des seuils sociaux, pour réduire encore un peu plus le nombre de comités d’entreprise ; le renforcement des accords d’entreprise, au détriment des accords de branche plus protecteurs ; l’assouplissement des dispositions votées récemment pour encadrer l’apprentissage et les stages, comme mon collègue Jacques Krabal vient de le rappeler ; l’augmentation de la durée hebdomadaire du temps de travail… Bref, tout comme le MEDEF ! Lire la suite.
Jeudi, 9 octobre 2014
Ma question s’adresse à Mme la ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie. Nous approchons de la période hivernale. Pour un nombre croissant de nos concitoyens, faire face aux dépenses d’énergie, notamment pour se chauffer, constitue un défi. Plus de 11 millions de personnes, soit un cinquième de la population, ont du mal à régler les factures. De fait, le prix du gaz a progressé de 80 % depuis 2005, et celui de l’électricité de 10 % en un an. Le fioul, quant à lui, est soumis aux fluctuations des prix du pétrole, mais son prix subit également l’effet de l’augmentation de la TVA et de la création d’une contribution climat-énergie, qui est appelée à monter en puissance et donc à le rendre plus cher. Lire la suite.
Mardi, 7 octobre 2014
Madame la ministre, mesdames et messieurs les rapporteurs, mes chers collègues, comme je l’avais fait lors de la discussion générale au sein de la commission spéciale, je veux tout d’abord saluer l’initiative qui a mené à ce projet de loi et les intentions qu’il affiche. Il s’agit, en effet, de construire un nouveau modèle énergétique plus diversifié, plus équilibré, plus sûr, plus participatif, visant à relancer la croissance tout en luttant contre le réchauffement climatique, pour réduire le chômage et la facture énergétique de notre pays. Lire la suite.
Mercredi, 1 octobre 2014